Tout savoir sur la voiture électrique

L’Histoire en détails de la voiture électrique

La toute première voiture électrique date de 1834. Le moteur à explosion, plus complexe, a vu son émergence plus tard, en 1861. La première commercialisation d’un véhicule électrique date de 1852. Mais ces premiers modèles n’utilisent pas de batterie électrique rechargeable. L’invention en 1859 de la batterie rechargeable au plomb acide par Gaston Planté puis les travaux de Camille Faure permettent à la voiture électrique d’avoir un succès encore jamais égalé à notre siècle.
La « Jamais Contente » de Camille Jenatzy (en photo principale) bat le record de vitesse en 1899 en dépassant les 100 km/h, et en 1900 une flotte de taxis habite les rues de New-York. À l’époque, 38% du marché américain de l’automobile est capté par les véhicules électriques. Faciles à démarrer, ne laissant pas derrière elles un nuage irrespirable de fumée noire, ces voitures sont bien supérieures aux voitures thermiques de l’époque.

Qui dit voiture électrique dit point de recharge… sauf qu’à l’époque, on parle de colonne de charge pour automobile électrique.
Le modèle prévoit déjà une intégration élégante dans le cadre urbain avec son format proche des boîtes aux lettres. Pour recharger ses accumulateurs, l’utilisateur doit mettre un jeton dans le compteur, fermer les coupe-circuits intérieurs, l’interrupteur bipolaire et choisir avec le commutateur du rhéostat l’intensité de charge (de 25 à 80 A) à fournir à la batterie.

Fonctionnement de la voiture électrique

Le principe de la voiture électrique est finalement des plus simples. Au lieu d’un moteur thermique (à essence ou diesel), elle est équipée d’un moteur électrique alimenté par une batterie intégrée au véhicule !
Absence d’embrayage: il suffit d’appuyer sur la pédale d’accélérateur pour que la batterie libère du courant continu. Un convertisseur se charge alors de transformer ce courant continu en courant alternatif et de générer un champ électromagnétique qui traverse la bobine de cuivre mobile du moteur.
Dans le moteur, un (ou plusieurs) aimant fixe oppose son propre champ magnétique au champ électromagnétique créé par la bobine. C’est cette opposition qui met l’aimant en rotation et permet au moteur de rouler.
Pas de boîte de vitesse non plus : l’axe du moteur tourne directement sur celui des roues motrices de la voiture sans recourir à des pistons.
Pour orchestrer parfaitement cette partition, un ordinateur embarqué permet de gérer, de contrôler et de réguler la puissance à développer. Le moteur peut ainsi développer sa pleine puissance à partir d’un rapport tour/minute bien inférieur à celui nécessaire aux véhicules thermiques.

Point info !
Une voiture électrique est composée de 6000 pièces de moins qu’une voiture essence ou diesel. Moins de pièces, c’est donc moins d’entretien et moins de réparations.

L’autonomie d’une voiture électrique

L’autonomie réalisée dépend essentiellement de la capacité des batteries lithium-ion utilisées par la plupart des véhicules qui remplace finalement le réservoir essence des voitures thermiques. Plus capacitive, plus longue sera l’autonomie. Mais à la différence des voitures thermiques, ce réservoir coûte cher ce qui explique pourquoi les constructeurs tendent à limiter la capacité des batteries pour parvenir à proposer des voitures électriques à des coûts qui ne soient pas prohibitifs pour l’usager.

 

ModèleAutonomie constructeur (NEDC)
BMW i3300 km
Bolloré Bluecar250 km
Citroën C-Zero160 km
Nissan Leaf250 km
Hyundai Ioniq électrique290 km
Kia Soul EV212 km
Opel Ampera-e500 km
Peugeot ion160 km
Renault Zoé400 km
Renault Kangoo ZE160 km
Renault Twizy100 km
Tesla Model X 100 kWh542 km
Tesla Model S 100 kWh542 km

Entretien et maintenance du véhicule électrique

En ce qui concerne l’électricité
La batterie est l’élément essentiel du moteur électrique.
•Elle est rechargeable et dure plus ou moins longtemps selon la technologie utilisée.
•De plus en plus de batteries au lithium-ion, qui ne nécessitent pas d’entretien, remplacent les batteries au plomb, plus basiques et encombrantes.
•Quoi qu’il en soit, elles ont toutes une durée de vie de plus en plus longue : de 3 à 10 ans.
Pour l’instant, il n’y a pas d’alternateur sur une voiture électrique. Quant aux bougies, il n’y a plus besoin de les changer.

Pour le moteur
Il y certainement certaines différences :
•La vidange (huile) disparaît, puisque le moteur électrique n’exige pas de lubrification.
•Ce moteur demande moins d’entretien que le thermique, dans la mesure où il est nettement moins soumis aux variations de températures.
•Il n’y a pas de pot d’échappement non plus, donc c’est une charge en moins dans la révision.

En ce qui concerne la sécurité
Les amortisseurs sont identiques à ceux d’un véhicule thermique, par conséquent l’entretien l’est également.
En revanche :
•Les freins étant beaucoup moins sollicités, les plaquettes et tambours s’usent beaucoup moins rapidement (50 % d’usure en moins).
•La boîte de vitesse étant réduite à un seul réducteur, il n’y a plus d’embrayage. •Ce réducteur nécessitera tout de même une vérification d’huile et un entretien au bout de 60 000 à 100 000 kilomètres selon les cas.

Pour les autres éléments
En ce qui concerne les vitres et la climatisation de la voiture, l’entretien est similaire à celui d’un véhicule thermique

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here